Fausse lettre de résistant : confessions d’un antiboche

Publié: octobre 10, 2011 dans 1943-1945 : le recul de l'Axe, 1944, Brochures, Décrédibiliser la résistance, Tracts
Tags:, , , , , ,

Cette fausse lettre est un tract distribué en 1944 par l’armée allemande.

Contexte : les actes de résistance en France ont connu un essor important peu de temps avant le débarquement de Normandie. Les opérations de représailles contre les maquis s’intensifient. C’est également à cette période qu’a lieu la tragédie d’Oradour sur Glane, village dont la population fut massacrée par la division S.S. « Das Reich ».

Le plateau des Glières abritait le premier grand maquis français, composé de près de 450 hommes : le 26 mars 1944, celui-ci est attaqué par 5000 hommes des forces combinées des miliciens de Vichy et de l’armée allemande, appuyée par la Luftwaffe.

Contenu : Un maquisard français écrit à sa famille pour expliquer à quel point il est dégoûté par les actes terroristes qu’il mène sous les ordres d’un résistant au nom étranger. Il souligne la lâcheté de ces actes, exprimant sa honte.

Technique de propagande :

  • La lettre : le document est présenté comme une vraie lettre écrite par un vrai maquisard. Afin de renforcer le côté véridique, des phrases d’affection sont adressées aux uns et aux autres (« je passerai peut-être voir tante à … »)
  • Dénoncer l’étranger : le chef du groupe des maquisards est d’origine balkanique, et porte un pseudo, Bayard (L’étranger salit le nom du célèbre et courageux chevalier). Il se dit vrai patriote, ce qui doit choquer les lecteurs de l’époque.
  • Faire passer les résistants pour des lâches afin de décrédibiliser leurs idées et leurs actes : des résistants fuient le combat, abandonnent leurs camarades à leur sort. La phrase « On remettra ça ailleurs » fait plus penser à des bandits après un mauvais coup qu’à des résistants. De plus, leur commandement ne se soucie pas de leur venir en aide.
  • Les forces adverses sont valorisées : le milicien est présenté comme un courageux officier. De plus, il cherche à épargner le sang français : il apparaît beaucoup plus humain que les résistants.

Le jeune homme veut rentrer chez lui, car il pense raisonnablement que rester avec les résistants est contraire à son devoir. Mais il a peur que ceux-ci assassine sa famille en représailles !

Publicités
commentaires
  1. Robert Burgniard dit :

    Bonjour

    j’habite en Haute-Savoie où se situe le plateau des Glières.

    Pouvez-vous mettre en ligne ou m’envoyer un scan de même qualité du verso de ce tract de propagande « Confession d’un anti-boche » ?

    Est-il possible d’utiliser recto et verso en signalant votre site qui est tout à fait remarquable ( le projet, les documents en ligne, la dimension éducative).

    Bien cordialement.
    Robert B.
    74100 Annemasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s